S'orienter avec les astres

Aller en bas

S'orienter avec les astres

Message par zone-S4 le Sam 15 Mai - 19:14

L’orientation naturelle

S'orienter avec les aiguilles d'une montre : c'est une méthode simple et efficace !

L’omniprésence des instruments (boussole, altimètre, G.P.S.) fait oublier que l’orientation, pour l’homme comme pour les animaux, est une capacité qui peut fonctionner sur l’observation, l’attention et l’expérience. S’orienter, c’est avant tout savoir « lire » la nature et le paysage afin de s’y repérer.

Les éléments permettent assez facilement de trouver le nord. Une fois trouvé, on n’est plus tout à fait perdu !

Avec le soleil. Lorsque le soleil est le plus haut dans le ciel (c’est-à-dire lorsque l’ombre est la plus courte), il indique la direction du sud, soit midi à l’heure solaire. L’heure légale française, celle du méridien de Greenwich, est décalée à peu près d’une heure ou deux selon la saison : en fait, cela dépend de la position en longitude. Attention cependant, le soleil se couche rarement exactement à l’ouest !

Avec les étoiles. Le nord est indiqué par l’étoile polaire, à l’extrémité de la queue de la Petite Ourse.

Avec la lune. Lorsqu’elle est au premier quartier, les cornes du croissant sont dirigées vers l’est ; au dernier quartier, vers l’ouest.

À l’aide d’une montre à aiguilles. On dirige la petite aiguille vers le soleil ; le sud se trouve au milieu de l’angle formé par la petite aiguille et deux heures (en heure d’été), une heure (en heure d’hiver). Ceci tient compte, en France, du décalage entre l’heure solaire et l’heure d’hiver.


On dit souvent aussi que la mousse sur les arbres indique le nord ; malheureusement ce n’est pas toujours vrai !

Savoir où l’on est


S'orienter
avec les arbres remarquables est une autre méthode…
Sans
carte ni boussole, savoir où l’on se trouve est surtout une question de méthode.
Ainsi lorsqu’on quitte sa voiture pour une promenade en forêt,
il n’est pas inutile de repérer dans quelle
direction
on part. Si vous êtes perdu, vous saurez à peu
près dans quelle direction aller, et votre temps de marche vous donnera
une idée de la distance vous séparant de votre point
de départ.

Au cours de votre marche, vous pourrez aussi repérer des
détails marquants : arbre remarquable, rocher
isolé, croisement…
Dans le cas d’un passage difficile à
retrouver dans l’autre sens, n’hésitez pas à placer un repère (bande de tissu sur un arbre) qui
vous indiquera le bon chemin. Attention cependant, en terrain accidenté
on a vite fait de prendre le mauvais côté d’un col… et de se retrouver à
des kilomètres de son point de départ !
Mais là encore, la juste estimation des directions
géographiques sera d’une grande aide. Il est aussi possible de s’aider
du relief (a-t-on suivi une
crête, traversé un vallon… si l’on a monté durant une heure, on se sera
élevé d’environ 300 mètres), l’hydrographie
(une rivière mène toujours quelque part, mais tenter de la suivre
n’est pas toujours le plus facile), des repères
visibles
(église, colline, falaise). Il n’est
pas non plus inutile d’apprendre à apprécier les distances : une ligne de paysage bien détaillée
apparaîtra à 5 km ou 10 km, des arbres découpés
nettement à 2 km, des silhouettes
seront visibles à 1 km environ, mais cette netteté dépend de la clarté de l’atmosphère.
Quant aux sentes rencontrées, on évitera de les confondre avec des coulées d’animaux
parfois très marquées : s’il faut constamment passer à plat-ventre sous
des broussailles, laissez l’itinéraire aux sangliers. Essayez de suivre
sentes de chasseurs ou de promeneurs, sentiers,
etc., en allant systématiquement vers le mieux
marqué,
jusqu’à rencontrer un chemin ou une route.
Mais, dans les endroits fréquentés, même les erreurs d’itinéraires sans
issue sont marquées ! Le mieux est encore d’utiliser les
instruments ad hoc.
Orientation avec instruments


La
boussole est un instrument qui permet de se repérer dans l'espace.
La
boussole.
Une boussole à plaquette coûte quelques euros
et pèse quelques grammes : vu son utilité, elle devrait avoir sa place
dans tout sac à dos… à condition de s’en servir. C’est le meilleur allié
de quiconque se déplace dans la nature. Avec elle, vous pourrez non
seulement connaître le nord,
mais noter les directions prises (les azimuts),
repérer la direction d’un point caractéristique, etc., et revenir
presque à coup sûr sur vos pas. La carte.
Lorsqu’on a appris à l’utiliser, il est plus difficile de se
perdre, et l’on a du mal à s’en passer, ne serait-ce que pour pouvoir
mettre des noms sur les lieux… mais son usage fait l’objet d’un article
spécifique.
L’altimètre.
Il est fort utile dès qu’on se déplace
dans le relief, en liaison ou
non avec la carte. Dans tous les cas, il convient de le régler au départ
de la randonnée, et aussi à chaque fois qu’on passe à un point
d’altitude connue : l’altimètre en effet n’est qu’un baromètre, sensible aux variations de pression, qu’elles soient
dues à l’altitude ou à un brusque changement de temps. Convenablement
réglé, sa précision est de l’ordre de dix
mètres.
Il existe des montres altimètres très pratiques.
Avec lui, vous pourrez savoir de combien vous êtes monté, si vous avez
dépassé l’altitude du col ou du repère visé, si vous êtes plus bas que
le sentier cherché, etc.
Le GPS.
Cet instrument étonnant permet de connaître, où que l’on soit dans
le monde, sa position à la
dizaine de mètres près. Le hic, c’est que l’utiliser en même temps
qu’une carte revient à peu près à ôter tout intérêt à cet article… Et ce
serait dommage, car l’orientation naturelle
est un art passionnant, dans lequel bien des peuples nous sont
supérieurs.

_________________
Faut pas parler aux cons, ça les instruit
avatar
zone-S4
Admin
Admin

Messages : 126
Date d'inscription : 27/04/2010
Age : 52
Localisation : sud de la france

Voir le profil de l'utilisateur http://survie.forum-pro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum